Détecteurs autonomes de fumée

Le DAAF désigne une marque de détecteur de fumée créée en 1999. Au début des années 1990, alors que la mode aux détecteurs de fumée se généralisait en Grande-Bretagne, la France cherchait le moyen de définir une norme précise en matière de détecteurs de fumée qui convienne aux consommateurs français. C’est à cette fin que la nome DAAF a été mise en place. Les détecteurs DAAF sont ceux qui théoriquement, sont les mieux adaptés à la société française. Ils sont simples, fiables, faciles à installer et à entretenir. Pourtant, le problème était loin d’avoir été réglé avec la commercialisation d’un DAAF français. Une autre certification était nécessaire, pas pour la France uniquement, mais pour l’Europe. Deux types de certification se disputaient ce privilège : NF et la plus ancienne, CE.


La marque NF est délivrée par AFNOR Certification sur la base de critères extrêmement rigoureux. Elle est applicable au registre de certification européen EN 14604. Le label NF a rapidement été adopté, ce qui a conduit à une généralisation de ce label sur les DAAF en vente en France depuis 2000. Toutefois, le logo CE en vigueur promouvait lui aussi des normes strictes. C’est pourquoi depuis le 1er mai 2007, le label CE a été rendu obligatoire sur tous les détecteurs de fumée marqués DAAF. Le logo NF est volontaire, mais préféré par les consommateurs, au regard des rations de vente établis par l’INC (Institut National de la Consommation). Par conséquent, un détecteur de fumée DAAF doit porter les deux labels de certification : la marque CE reconnue dans l’espace européen, et NF, propre aux consommateurs français.


Selon les normes établies par AFNOR, un bon DAAF doit réunir dans un seul boîtier tous les composants nécessaires au fonctionnement d’un détecteur conventionnel : alarme, cellules photoélectriques, piles au lithium ou à l’alcaline. Il doit être recyclable, capable de se déclencher et de s’arrêter automatiquement (d’où l’adjectif autonome), et prévoir une assistance téléphonique pour l’installation et la maintenance de l’appareil. Les DAAF ont énormément évolué au cours de la décennie écoulée. Certains types de détecteurs sont fabriqués pour aider les personnes handicapées à réagir rapidement au risque d’incendies. On trouve par exemple des types de détecteurs particuliers pour sourds-muets, qui émettent des signaux lumineux intenses et des flashes photoélectriques capables de réveiller ceux qui dormiraient pendant que la fumée d’un incendie se propagerait dans une pièce. Evidemment, ces types de détecteurs sont plus efficaces quand des membres de la famille sont capables de l’entendre ou de remarquer les flashes eux aussi. Ils peuvent alors prévenir rapidement la personne atteinte du trouble déficient à temps ; et une réaction rapide pourrait lui sauver la vie. On en vient donc au conseil initial qui est de privilégier l’achat de détecteurs interconnectables, qui favorisent un déclenchement simultané des détecteurs dans toutes les pièces de la maison. Les chances de survie dans ces cas sont multipliées par 10 !


Tous les dix ans, les industries de fabrication des DAAF passent un audit de certification qui s’assure de ce que les détecteurs fabriqués sont toujours propres à la consommation, et les détecteurs non-conformes sont retirés du marché. C’est grâce à de pareils audits portant sur les détecteurs de fumée ioniques qu’il a été établi que les émissions radioactives propres à ces appareils présentaient un danger pour le consommateur. En conséquence, les détecteurs ioniques ont été interdits en France, et dans d’autres pays européens. Toutefois, les détecteurs optiques labellisés DAAF ont reçu un avis très favorable, et restent les plus commercialisés actuellement.


Si vous choisissez d’acquérir un détecteur de fumée autonome, vous avez la garantie qu’il vous conviendra, en raison des efforts de normalisation qui ont suivi sa commercialisation. Le label DAAF est en soi la garantie d’un détecteur conçu dans les conditions de fabrication optimales, idéal pour le client et susceptible de sauver une vie en cas d’incendie.